Les caractéristiques du Sayama-cha (le thé de Sayama)

Il y a plusieurs théories sur l’origine du Sayama-cha (prononcé Sayamatcha), mais selon des textes anciens de plus de douze siècles, il viendrait du Kawagoecha (thé de Kawagoe). Cependant, après les batailles à de l’époque de Nanbokuchô-Muromachi, la ville de Sayama fut dévastée.

À la deuxième période de l’époque d’Edo (au début du XIXe siècle), la fabrication du thé connut une renaissance avec l’introduction pour la toute première fois de la technique « Mushi-seisencha* », sur un territoire allant de la ville d’Uji au Kantô, pour donner le Sayama-cha actuel. Après l’ouverture du pays lors du Bakumatsu (fin du règne des Tokugawa), parallèlement à la soie grège, le thé devint un des principaux produits exportés. Le Sayama-cha était aussi commercialisé aux États-Unis où il remporta un grand succès.

La région productrice du Sayama-cha se trouvant au nord, le climat est plutôt froid pour une culture de thé. Le thé de Sayama, auquel on accorde beaucoup d’importance à la qualité du goût, obtient une saveur plus profonde en surmontant l’hiver et, grâce à la technique traditionnelle « Sayamabiire », son parfum devient plus fort et son goût plus intense.

Dans les régions au climat doux, les feuilles de thé peuvent être récoltées trois à quatre fois par an, mais pour le Sayama-cha, elles ne peuvent être cueillies qu’une à deux fois par an. C’est pourquoi il est produit en petites quantités, ce qui le rend singulier.

On divise généralement le travail pour la fabrication du thé, mais dans le cas du Sayama-cha, les agriculteurs produisant les feuilles de thé le fabriquent et le vendent eux-mêmes dans un système particulier que l’on appelle « Ikkan Seisan (cultivé-fabriqué-vendu soi-même) » (production suivie).

*Cuire à la vapeur les feuilles de thé à haute température permet d’arrêter le processus d’oxydation des enzymes.

Présentation du département de Saitama

Le département de Saitama, voisin de la capitale de Tokyo, se situe au centre de l’agglomération qui compte 44 millions d’habitants.
Au cœur du département, se regroupent de grands complexes commerciaux et d’immenses salles telles que la Saitama Super Arena et le Saitama Stadium 2002 qui accueilleront les Jeux Olympiques de Tokyo.

À côté de l’agitation de la ville, l’ouest du département profite d’une nature abondante, avec notamment la ligne montagneuse de la ville de Chichibu, le fleuve Ara, le plus long du Japon, le fleuve Tone, un des trois plus grands du Japon et le fourré de Musashino. De plus, outre ses six lignes de Shinkansen (trains à grande vitesse) et ses cinq autoroutes, Saitama possède un très bon réseau de transport en commun avec 24 lignes de métros trains reliant les quatre coins du département. On l’appelle le « noyau des transports en commun ».

L’été, il y fait une chaleur humide. L’hiver, le vent du nord-ouest, sec, souffle sur le territoire. Les inondations étant peu nombreuses et les jours de beau temps se succédant, la vie y est tranquille et les activités commerciales y florissent.

En mettant à profit cette région située dans l’agglomération de Tokyo, lieu de commerce et bénéficiant d’un climat favorable ; légumes, riz, céréales, arbres fruitiers, fleurs, bétail, le département de Saitama offrent des produits agricoles très variés.

Back to Top
Shopping Cart
Close

Votre panier est vide.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleur expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérons que vous acceptez l'utilisation des cookies.