Ville de Kumamoto, département de Kumamoto

◼︎ Artisanat du bois
◼︎ Artisanat des métaux
◼︎ Décorations

La ville de Kumamoto est située au centre de Kyūshū. Traversée par les rivières Shirakawa, Kasegawa, Midorigawa, la ville de Kumamoto peut compter sur ses réserves d’eau souterraine pour subvenir aux besoins de la population, ce qui lui a valu le surnom de « ville de l’eau ». On retrouve à Kumamoto de nombreuses spécialités locales très appréciées par les habitants du Département. Parmi ces spécialités possédant une histoire de plus de 400 ans, on retrouve notamment les Chōsen ame (bonbons au riz, au sucre et au sirop de fécule, ayant une texture proche du mochi), ou encore le saké rouge, consommé lors d’une tradition du nouvel an, et indispensable pour la cuisine locale.
De plus, on retrouve sur place de nombreux artisanats traditionnels, tels que les Higo-zōgan (incrustations et décorations d’objets en fer, avec des feuilles d’or ou d’argent), des couteaux et objets tranchants forgés à la main, ou encore des jouets japonais traditionnels. Nous sommes fiers de vous présenter lors de l’exposition nos couteaux, notre menuiserie et nos textiles, tous fabriqués et travaillés avec des méthodes traditionnelles.

Château de Kumamoto

© Bureau général du château de Kumamoto

Omotenashi Bushō-tai du château de Kumamoto

© Omotenashi Bushô-tai du château de Kumamoto

Viande chevaline

© Ville de Kumamoto

« Les couteaux de Kawajiri »
Les couteaux de Kawajiri trouvent leur origine à l’époque de Muromachi (1336-1573), lorsqu’un forgeron du nom de « Namino Hirayukiyasu » parcouru le Japon à la recherche d’une eau pure de qualité supérieure, jusqu’à arriver à Kawajiri et s’y installer. Son commerce se développa rapidement grâce à la protection de la famille Hosokawa durant l’époque d’Edo (1603-1868).
Les couteaux de Kawajiri sont fabriqués avec une technique appelée le « forgeage par intrusion », qui consiste à insérer un acier solide de qualité supérieure au milieu du fer doux. Très tranchants, ces couteaux permettent d’obtenir une découpe nette et précise. Vous pouvez le constater en passant très délicatement la lame sur une feuille de papier, qui sera découpée sans effort. De plus, ces couteaux sont robustes et durables, en plus d’être esthétiques.
Les couteaux traditionnels de Kawajiri présentés durant l’exposition s’utilisent principalement pour couper des légumes, de la viande ou du poisson, et sont présents dans de nombreux foyers japonais.

« Menuiserie artisanale »
Au Japon, 70% du territoire national est constitué de forêts. Le bois est donc un matériau très répandu et très utilisé au sein de la société japonaise. La menuiserie artisanale a également toujours fait partie du quotidien japonais, depuis les temps anciens.
Lors de cette exposition, nous vous présenterons des baguettes japonaises en bois de zelkova, parfaitement adaptées pour manger des plats japonais. De la laque de noix de cajou est appliquée sur ces baguettes. Le bois de zelkova, en plus d’être durable, possède également des propriétés bactéricides et répulsives contre les insectes. Les portes-baguettes en forme de chat sont réalisés à partir de bois de cerisier au grain assez fin, car ce dernier engendre peu de pelures de bois durant la conception. Quant aux portes-baguettes en forme de racine de lotus, ils sont réalisés avec du bois de châtaignier, connu pour sa durabilité, et font référence aux racines de lotus à la moutarde, une spécialité locale.
Ces portes-baguettes sont tout à fait utilisables en France, en tant que reposes-couverts pour les petites cuillères ou fourchettes.

« Tissage Hataori »
Le Hataori est une technique de travail du textile, réalisée à l’aide d’une machine traditionnelle de tissage appelée « Hata », permettant de nouer les fils de chaîne et les fils de trame.
Il existe trois techniques principales de tissage : le Hira-ori (technique la plus classique de tissage uniforme), le Aya-ori (tissage diagonal) et le Shusu-ori (plusieurs couches par fils).
Le produit que nous vous proposons est issu d’une nouvelle technique appelée Sugi-Aya-ori, en référence à son tissage en forme de V, similaire à la forme des feuilles de Sugi (cèdre du Japon).
Les fils sont 100% en lin, et permettent donc de réguler l’humidité de l’air. La teinture appliquée est un bleu indigo, appelé également « Japan blue ». La teinture possède des caractéristiques antibactériennes et des effets déodorants.

Produits : Cliquez sur la photo du produit pour plus d’informations.
Produits : *Cet article exposé peut être acheté lors de l’exposition.


Lien - Synergies entre tradition et modernité

Back to Top
Added to cart
Shopping Cart
Close

Votre panier est vide.